»Le Batcham » ou Le Masque Batcham.

 »Le Batcham » serait le masque Camerounais le plus cher et le plus célèbre au monde de tous les temps… Il s’agit d’un masque à valeur internationale reconnu comme étant un témoin incontesté de l' »imaginative conception sculpturale d’Afrique « . Comme on s’en doute, sa valeur est inestimable ; les grands collectionneurs de la planète se l’arrachent, aujourd’hui, à grands coups de milliards. On parle de plus de 2 milliards aux récentes enchères à New-York, aux USA. Ainsi, un objet Patsoon ou qui porte le nom « Batcham  » est au top des objets d’art africain les plus courus au monde. Batcham n’est pas seulement un idéal d’Humanité, c’est également une source artistique ancestrale. L’objet d’art Camerounais qui vient à taquiner la vedette du masque Batcham des Tsoon est le Madou Yenou, l’imposant trône de la dynastie Bamoun, fait tout entier de perles enchâssées et d’incrustation de bronze, accompagné d’un pose pieds en peau de lion perlé et surmonté de statuettes, que le roi Njoya offrit au Kaiser Allemand par le biais d’une visite au gouverneur allemand à Buea, en 1908. Notons qu’à cette époque, Buea était la capitale du Cameroun. Le masque Batcham est sans doute l’un des objets d’arts africains à connaître le plus de publication de la part des historiens, des professionnels d’art et des étudiants, de par le monde. Il est important de savoir qu’il ne faudrait surtout pas entendre du masque Batcham (ou du masque dit Batcham) ou du Madou Yenou, un objet unique, à une seule pièce, mais plutôt un objet central autour duquel gravitent des réalisations d’inspiration similaire. L’objet central du masque Batcham a été victime de la gourmandise des Allemands vis-à-vis de l’art africain qui poussa ces derniers à se livrer à une véritable délocalisation des plus beaux témoignages du talent artistique du continent noir. Aujourd’hui, les plus belles réalisations des artistes africains se trouvent dans de grands musées en Europe et en Amérique. En Afrique vous trouverez cependant bien d’autres œuvres d’une virtuosité non découverte par l’occident. Notons qu’il s’est bâti autour de l’histoire du masque Batcham un mythe rocambolesque ; des superstitions effrayantes dont nous ne manquerons pas de vous en parler dans le présent ouvrage.

Par Serge Amani et Mathieu Talla
dans Annuaire du Peuple Batcham (2006)

© Publié dans  ‘‘NGHIE POUO PATSO’ON 2008’’.

Pin It
Ce contenu a été publié dans Bibliothèque, Musée, Ngiemboon, Organistation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire